ça y est on a réussit à se connecter. On est Mutsamudu sur l'île d'Anjouan, mais voici les messages que j'avais écrit en attendant d'être connecté.

6 juillet:

13 heures rdv à l’aéroport de Nantes, on essaie de reconnaitre qui va partir avec nous. Après de légers problèmes de surpoids pour enregistrer les bagages, ça s’arrange. Ils nous offrent 5kg de plus par personne et les bagages hors gabarit, basse, guitare, pied de caméra voyageront en soute avec un traitement de faveur.
16h15 on embarque, bel avions un Boeing 770 300 avec petit écran individuel. Après le décollage on peut voir des films, reportages et jouer. Ils nous prévoient 9100 et quelques kilomètres entre Nantes et Saint Denis.



7 juillet:

Arrivée à l’aéroport Roland Garros de St Denis à 7h45 heure locale France +2h. On fait comme le Stewart nous à dit, pour ne pas attendre 7h dans l’aéroport, on ne dit pas que l’on va aux Comores. Après avoir passé la douane et être obligé de montrer les 80 cassettes on peut enfin fumer une clope. On décide d’aller faire un tour dans le centre ville de saint Denis.
Pendant qu’avec Alex je filmai le rdv avec Alain au pole régionale de musiques actuelles, les filles bien fatiguées visitaient le centre ville et le marché. Retour à l’aéroport pour l’embarquement, formalités faciles mais juste après on nous informe que le vol aura 2h de retard car un malade embarque avec nous.
Arrivée Mayotte à 17h15 heure locale France +1h. Taxi, bateau, nous voilà à l’hôtel après environs 10500km et une cinquantaine de marche à monter avec les bagages.
Petite pause, douche et installation on part manger des brochettes, bananes et manioc pour 1€40. Douglas un gars du coin nous gère les bières, débriefing autour d’un rhum et dodo.
07072011181

8 juillet:

Journée molle, petit dej vers 10h, Petite réunion sur l’organisation du quotidien et quartier libre. Pendant que les filles sont à la piscine, après en rdv pour le matos des concerts on visite le marché Bolobolo.



9 juillet:
Pas réveillé je sors de la chambre en escaladant le balcon, ma chambre est fermée à clé mais je ne l’est pas. Du coup je fais une séance de tournage avant le ptit dej avec les enfants autour de l’hôtel. Ils se prennent très vite au jeu.
Direction centre ville, tour de marché avec Flo et Stfy en allant au studio pour négocier un clavier. On film une sortie de mariage devant l’hôtel de ville. Petite séance de coiffeur devant le studio. Flo et Stfy veulent faire un tatouage à l’Enée, pas de film c’est interdit aux hommes. Alors rdv pris pour lundi sans moi, mais avec les filles. Retour à l’hôtel pour manger à 13h. Raté on mange en deux deux car il est 14h, on à passer 1h avec les enfants du quartier à faire des dessins. On arrive au 5/5 pour le montage du matériel pour le concert.
Balances 17h, bouffe et Alex fait  l’ouverture, pas beaucoup de monde, Emma commence suivit du concert. Super bonne ambiance, le public est enchanté, on espère que le bouche à oreille va marcher.
Retour hôtel, ptit rhum, dodo.
SNV80482

10 juillet:
Grasse mat, couché à 5h levé à midi, ça fait du bien mais ça ne suffit pas… On part faire le repérage pour le concert du 13. Arrêt chez Balou directeur de la MJC de Sapéré. Grillade, suce piment préparé éparé en direct. Redépart direction Banderai, arrivée speed à la plage musicale. On voit Nidou qui accueil le festival sur son terrain. Avant de parler technique, on va mettre les pieds dans l’eau, elle est très bonne mais pas chaude. On parle placement du plateau, arrivée électrique, puissance son avec les pieds noir car le sable est noir. Petite bière et plusieurs personnes arrivent dont Abou et sundi qui jouait de la cabosse, gaboussi ici. Nidou file chercher une guitare et un bœuf s’improvise retour en retard à l’hôtel pour le repas du soir, mais on en profite pour visiter un parc ou on pourra revenir filmer de jour. Le
Parc de Marabout ou se trouve des Baobabs et la tombe du sultan qui a vendu Mayotte à la France. En faite ce serait son scribe qui en aurait eu mare de transmettre des infos pour la négociation, va savoir. Miam, ptit rhum, dodo.


11 juillet:

Levés 10h, après le ptit dej et avant d’aller avec Yann et Wada voir le matos pour le concert, on part avec les filles visiter les habitations très précaires qui entourent  notre hôtel. Mais changement de programme on part avec Ewadit Martine visiter des plantations d’ylang ylang près de Combani, on commence par une pépinière, une retenue d’eau qui irrigue les plantations et l’ancienne plantation de Guerlain. On film l’alambic qui sert à extraire l’essence et des fleures: l’Alamanda, la Rose de porcelaine, l’Oiseau de paradis. De la faune escargots, pic bœuf, poule d’eau et scinque. On repart vers Mamoudzou interwever des amis d’Ewa, Chaabane et vidjail, un clandestin. Arrêt point de vue du mont de Combani et un alambic au bord de la route, beaucoup plus roots que celui de Guerlain.
Après l’itv difficile émotionnellement, ils ont une vie beaucoup plus difficile que la notre, on mange au marché brochettes, bananes, manioc On rentre à l’hôtel en faisant une p’tite pause pour voir Fatouma une grande comorienne marié à un français enseignant retraité qui veulent partir habiter à la Grande Comores. Plus de batterie retour à l’hôtel miam, journal, ptit rhum, dodo.

10072011229

12 juillet:

Levé difficile 9h ptit dej, départ avec Stfy et Naomi direction le parc de Marabout. Le stop marche du premier coup, mais on arrive à l’entrée près du rd pt du baobab, service de sécurité. Le site est fermé pour l’installation du feu d’artifice du 14 juillet. Ici ils onts deux fête national, le 14 pour la France et le   pour les Comores. Stfy arrive à négocier que le responsable de la sécu du conseil général qui arrive en voiture et nous emmène au tombeau du Sultan Andriantsouli on retourne à coté de l’embarcadère pour trouver un taxi pour 8 Alex, Jean Paul, Stfy, Shan, Louna, Naomi, Emma, Lisa et moi. Oui ça fait 9. Mission accomplie on part trouver les tortues sur une plage à touriste pès de Kani Kely. Ce sera la plage de Ngouja près d’un bel hôtel pour bourge, le jardin de Maoré. Le lieu est idyllique, mer bleu verte, énorme baobab. On est aux anges sauf pour la mer qui est agitée et donc trouble. La plongée qui suit quelques prises de vue d’images à touristes Toubab, est difficile. On voit à 20 centimètres. Avec Lolita on décide d’essayer du côté des rochers, on ne voit pas grand-chose et tout à coup grosse frayeur. Deux truc énorme, un mètre de long sont en train de nager à côté de nous. Chacun s’en va de son côté, c’était quoi?  Des tortues…. On reste avec elles mais à bonne distance, n’y elles n’y nous sommes rassuré. Une troisième arrive, toute ptite, c’est le bébé. Cool nager avec des tortues c’est trop de la balle. On va chercher les autres et la caméra, une heure de tournage pour trois fois 2 secondes où elles sortent la tête de l’eau. Jean paul a encore assuré pour les enfants, il est parti au village de Kani Kely cherché à manger. Samossa, riz et sorte d’épinards locaux avec thon, pizza et super jus de citron vert. Séance de tournage avec les makis, ptits singes, mais moins de chance que Stfy et Alex, ils leur sont monté sur l’épaule. Mais génial quand même. Baignade sieste, journal et retour à pied pour choper le taxi qui a que ¾ h de retard. Arrivée à M’tsaperoise notre hôtel, on laisse les enfants et on file interwever Fatouma sur ce qu’elle pense de Mayotte, militante convaincue, qui a créée une association, pour aider les Comoriens dans leurs démarches administratives à Mayotte. Elle ne marche pas ses mots sur la France pays des droits de l’homme  qui ne les respecte pas et traite les clandestins comme des marrons  du temps de l’esclavage. Merci e….é de Sarko. Retour vers l’hôtel encore bien remonté. Miam, ptit rhum, dodo.